Mois Année
"Découvrons la Galilée
avec Mozart"
Août 2020

Mozart : Le compositeur surdoué

[1]​

Bien que le film de Milos Forman[2] ne soit pas le « biopic » de Mozart l’extrait du film que vous pourrez trouver sur You Tube : https://www.youtube.com/watch?v=th_ro9CiASc  décrit assez bien l’extraordinaire don de Mozart.

 

Sur ses partitions, pas de ratures, pas de « repentis »…

 

Franz Xaver Niemetschek[3] décrit ainsi le compositeur :

 

« Mozart écrivait tout avec une rapidité et une légèreté

qui pouvaient, à première vue, sembler de la facilité ou de la hâte. … Son imagination lui présentait l’œuvre toute entière, nette et vivante dès qu’elle était commencée. Sa grande connaissance de la composition lui permettait d’embrasser d’un coup d’œil toute l’harmonie. On rencontre rarement dans ses brouillons des passages raturés... L’ouvrage était toujours terminé dans sa tête avant qu’il se mît à l’écrire. Quand on lui donnait des paroles à mettre en musique, il s’en occupait pendant longtemps, réfléchissait profondément, puis laissait courir son imagination... Pour lui, écrire était ainsi un travail facile, pendant lequel il lui arrivait souvent de plaisanter et de s’amuser. »

Johann Friedrich Rochlitz[4] décrit également ainsi l’art de Mozart :

 

« Cela ne veut pas dire que Mozart travaillât vite, comme à la légère, en ayant l’air de se jouer. Ce qu’il écrivait quand il avait quelque chose de grand ou d’important à faire, lui venait rarement sur l’heure et comme si cela fût tombé du ciel... Au cours de ses fréquents voyages en voiture, Mozart avait l’habitude non seulement de laisser courir son imagination sur de nouvelles idées mélodiques, des thèmes... mais encore d’occuper son esprit et sa sensibilité à mettre tout de suite en ordre et à élaborer ce qu’il avait trouvé, de sorte qu’inconsciemment souvent, il fredonnait ou chantait même tout haut...

 

Ainsi, il achevait dans sa tête des morceaux tout entiers, les

portant en lui jusqu’au moment où il avait l’occasion de les écrire ou la volonté de s’en débarrasser d’un coup. »

 

Dans leurs commentaires Jean et Brigitte Massin estiment que si les propos supposés tenus par Mozart ont été peut-être un peu arrangés par Rochlitz, la direction générale du propos paraît avoir grande chance d’être authentique.

 

Nous pensons qu’il n’y a rien d’autre à ajouter...

[1] D’après les notes et extraits reprise de la bibliographie de Mozart par Jean et Brigitte Massin.

[2] Amadeus

[3] Professeur de philosophie à l’Université de Prague, il se chargea de l’éducation du second fils de Mozart et rédigea, à l’aide des documents fournis par Constance Mozart la première monographie consacrée à Mozart et dédicacée par Haydn.

 

[4] Johann Friedrich Rochlitz est un dramaturge allemand, ami de Goethe, Schiller, également musicologue et critique d'art. Connu pour avoir colporté beaucoup d’anecdotes qui ont concouru à la formation de l’image populaire de Mozart mais dont l’authenticité est analysée avec réserves par les biographes, ses propos rapportés ici corroborent ceux de F.X Niemetschek.

Meet In Galilée 

2bis rue Leroux

75116 Paris

  • Facebook

© 2016 - LES JOURNEES DE GALILEE

Directeur de la publication / Managers publishing

Nous contacter: 

 

+33652756212

muriel.haim@meetingalilee.com

S'abonner à notre Newsletter: